Votre CV a retenu l'attention d'une entreprise. Vous êtes donc enfin convoqué pour un entretien d'embauche. Il faut savoir que c'est l’étape la plus importante du recrutement. C'est le moment où le recruteur prendra la décision de si oui ou non vous êtes fait pour le poste. Il cherchera tout pour voir si vous êtes en parfaite alchimie avec l'emploi en question. Vous devrez donc absolument montrer au recruteur que vous avez réponses à toutes ses questions. Que ces questions soient générales, embarrassantes ou pièges. Vous devez être prêt à faire face à toutes les situations. Il est aussi important de ne pas juste réciter votre CV, il l'a déjà lu. Vous devez donc lui montrer d'autres aspects de vous et aussi de lui faire bonne impression. La plupart du temps vous êtes la pour travailler avec lui. La plupart des recruteurs vous poseront des questions pour vous déstabiliser. Il le font pour voir vos aptitudes à réagir et à gérer les situations de crises. Voici une sélection de questions qui peuvent vous être posées et qui peuvent vous déstabiliser. Il faut donc vous préparer à y faire face en entretien pour être sûr de ne pas répondre à côté.

14 questions pièges

1. Parlez moi de vous / Comment vos amis ou collègues vous décriraient-ils ?

C'est une question très classique, et facile à poser. Le recruteur cherche à vous connaître, à découvrir votre personnalité, voir votre façon de vous exprimer, comment vous vous mettez en valeur en vous laissant la parole libre. Le recruteur essaye surtout de voir le recul que vous avez sur vous même.

2. Pourquoi avez-vous choisi cette formation ? Regrettez-vous votre choix ?

Le recruteur cherche ici à voir votre motivation. Vous devez lui montrer ce que vous avez appris, ce qui vous a passionné dans cette formation et donc ce que l'on peut attendre de vous. Il veut aussi s'assurer que vous assumez parfaitement votre choix. Vous devez lui montrer que vous êtes sûr de vous. Vous ne devez pas non plus dire tout simplement que vous aimez cette formation, pour chaque affirmation justifiez la avec réflexion. Il verra donc votre vrai motivation et que vous êtes sûr de vos capacités.

3. Aimez-vous le travail en équipe ? Préférez-vous travailler seul ou en équipe ?

En entreprise le travail en équipe est presque impératif, vous devez donc montrer au recruteur que vous allez bien vous intégrer dans son équipe. Cette question n'attend donc qu'une réponse : oui ! Mais cela ne suffit pas il faut le prouver. C'est un réflexe à acquérir dans les entretien d'embauche. Il faut toujours justifier ce que l'on affirme. Vous devez prouver vos affirmation par des exemples, piochez dans votre expérience ou dans vos anecdotes. Vous pouvez montrer cet intérêt de travailler en équipe en racontant votre expérience sur un projet marquant mis en place en équipe. Vous devrez donc expliquer votre rôle, comment vous avez perçu cette expérience, les difficultés auxquels vous avez dû faire face. Ayez un discours fluide et direct. Plus vous marquez l'esprit du recruteur plus c'est bon pour vous.

4. Quels sont vos loisirs ? Quelles sont vos passions ?

Attention à ne pas relâcher votre attention, le recruteur à l'air de vouloir détendre l'atmosphère. Mais garder en tête qu'il s'agit encore d'un entretien d'embauche. Il continue à vous analyser. Il cherche à mieux cerner votre personnalité et vos habitudes. Il est important de rester toujours professionnel et donc de ne pas partir dans des explications trop personnelles. Évitez aussi de parler de loisirs ou activités trop compliqués ou qui risque d’être ennuyeux pour le recruteur (exemple : collection de timbre, d'insectes, etc.). Gardez toujours en tête qu'il est important de montrer une image dynamique et intéressante de vous.

5. Quels sont vos points faibles ? Quels sont vos points forts ? Quels sont vos plus gros défauts ?

Sûrement une des questions pièges les plus posées. Mais il est vrai que c'est une des moins préparées par les candidats. C'est une question très dur à répondre. Il faut prendre un maximum de recul sur soi. Il faut faire preuve d'un grande sincérité pour répondre correctement à cette question. Le recruteur pose cette question pour pouvoir analyser le degré de maturité des candidats et si le candidat est conscient de sa valeur. Les défauts sont souvent durs à trouver, il faut en trouver que vous pouvez améliorer. N'oubliez pas aussi de justifier votre affirmation. Vous devez montrez que vous avez suffisamment de recul sur vous-même pour discerner vos défauts Le recruteur cherche à connaître les risques qu'il prend en vous embauchant, décrivez donc vos défauts et les mesures que vous avez prises pour corriger ces défauts pour le rassurer. Et essayez de trouver des défauts qui n'ont pas de grands impact sur le poste en jeu. Par exemple évitez de dire que vous êtes un vendeur qui n'aime pas le contact avec les personnes.

6. Décrivez-moi une expérience professionnelle pendant laquelle vous avez dû surmonter des problèmes ou des obstacles ? Et comment avez-vous réussi à les résoudre ?

Ici le recruteur cherche à savoir vos capacités à faire face aux problèmes en entreprises. Ceux-ci sont nombreux dans le monde du travail. Il veut aussi savoir si ce genre de problèmes vous angoisse ou vous fait peur. Il veut voir si vous êtes assez débrouillard et responsable pour faire face à ces obstacles sans mettre en péril l'entreprise. Essayez donc de rester sincère et lui montrer que cela ne vous fait pas peur et que vous êtes capable d'y faire face.

7. Langues étrangères : attention danger

Parfois vers le milieu de l'entretien, votre interlocuteur se met tout d'un coup à vous parler en langue étrangère ( en fonction de celles marquée sur votre CV et en rapport avec l'emploi). Ne paniquez surtout pas. Si vous n'avez pas survendu vos capacités sur le CV tout ira bien. Il vous suffit de parler calmement dans cette langue en prenant votre temps (pas trop non plus). Ne lui dites surtout pas que vous n'êtes pas prêt, cela ne ferait que ralentir l’échange et donnerait une mauvaise de vous même. Votre recruteur sera bien plus indulgent avec vous si vous n'hésitez pas à lui parler dans cette langue. Attention si vous marquez sur votre CV que vous êtes bilingue votre accent français doit complètement disparaître.

8. Pourquoi y a-t-il des trous dans votre CV ?

Ne paniquez surtout pas, c'est le meilleur moyen de vous décrédibiliser. Expliquez lui calmement la raison de cette période de non activité. Soyez sincère et assumez. Il peut arriver que dans une vie on puisse tomber malade, ou avoir un accident. Ne vous attardez pas sur les raisons de cette période expliquez-lui plutôt comment vous avez fait pour rebondir, ou ce que vous avez fait. Essayez toujours de vous valoriser aux yeux de l'interlocuteur et laissez lui une bonne image de vous.

9. Êtes-vous très motivé ou peu efficace ?

La réponse à cette question est bien sûr « très motivé ». Mais attention à toujours bien argumenter et à faire attention à ce que vous dites. Votre interlocuteur pourra tirer des conclusions facilement et peut être un peu vite. Alors mesurez vos paroles. Si vous dites que vous pouvez rester tard le soir, faites attention. Votre recruteur pourra certes se dire que vous pouvez vous rencontrer longtemps et travailler dur ou pourra se dire que vous êtes trop inefficace la journée pour être obligé de rester le soir pour travailler. Expliquez donc que vous privilégiez avant tout l'efficacité au présentéisme. Mais qu'en cas de période très active vous savez parfaitement assumer le stress et que vous savez garder votre sang froid et faire face à ces situations. Étayez toujours votre argumentation avec des expériences de ce type pour solidifier votre crédibilité.

10. Pourquoi avez-vous quitté cet emploi ?

Cette question est parfaitement légitime de la part de votre recruteur. Celui-ci veux savoir si vous risquez de faire la même chose avec lui. Vous devez donc savoir expliquer distinctement et avec sincérité les raisons qui vous ont amené à quitter votre ancien poste. Il est donc essentiel avant l'entretien de mettre en ordre et de trier les raisons de votre départ pour ne garder que les plus recevables de la part de votre recruteur pour rester crédible à ses yeux. Votre recruteur peut se renseigner parfois auprès de votre ancien employeur. Si vous êtes restez en bon terme avec lui munissez-vous de leurs coordonnés complètes avant de vous rendre à l’entretien.

11. Ou vous voyez-vous dans X années ?

Cette question de projection est un grand classique. Il faut pour celle-ci tout d'abord se renseigner préalablement sur la culture de l'entreprise pour laquelle on postule. C'est très utile et important car si le turn-over est important dans l'entreprise, vous pourrez vous autoriser plus facilement à évoquer un avenir à l'extérieur de la société. Par contre si vous savez que le directeur général est arrivé comme petit employé, tourner votre réponse vers les opportunités de mobilité interne. Attention tout fois à l'effet « d'avidité ». Ne laissez surtout pas entendre à votre recruteur que vous vous voyez bien à sa place dans 2 ou 3 ans. Tout est une question de dosage. Élaborez un plan de vie structuré mais flexible.

12. Que dirait votre ancien employeur si je lui demandais de me parler de vous ?

Votre employeur cherche à voir votre rapport avec la hiérarchie et mieux comprendre votre fonctionnement avec celle-ci. Il veut aussi évaluer votre aptitude à parler d'un tiers avec objectivité. Pour répondre à cette question vous devez rester honnête avec vous même et être claire dans votre argumentation. Attention de ne pas juger vos supérieurs sur des arguments subjectifs ou selon vos critères personnels. Votre recruteur vous jugerait rapidement comme immature avec un fort manque de professionnalisme. Il vous pose surtout cette question pour savoir si vous vous adapterez bien à la hiérarchie de l'entreprise.

13. Êtes-vous ponctuel ?

Voila encore une question où l'on voudrait répondre tout simplement « oui bien sûr ». Mais cette question est d'autant plus difficile si vous êtes arrivé en retard à l'entretien. Si vous avez eu du retard faites en sorte d'avoir une excuse crédible et justifiée. Il sera plus indulgent si ce retard est en rapport avec l'entretien. Mais si ce n'est pas le cas essayer de vous limiter sur les justifications. Si vous êtes en avance ou dans les temps répondez « oui » et ajouter que vous accordez une grande importance au délai et donnez lui des argument lier a votre organisation dans la vie de tous les jours. Par contre si c'est le recruteur qui est arrivé en retard évitez de trop en faire, il risquerai de le prendre mal.

14. Pourquoi vous et pas un autre ?

Cette question est souvent posée à la fin de l'entretien pour le conclure. Cette question est amenée pour que le candidat fasse travailler son esprit de synthèse. Vous devez créer votre argumentaire autour des deux seuls objectifs qu'est vous vendre et qu'il garde bien en mémoire votre prestation (si possible en positif). Argumenter toujours avec des exemples précis. Vous pouvez parler ici de votre parcours professionnel, de qualités que vous avez qui vous semblent parfaitement adaptées pour ce poste. Vous devez prouver votre valeur ajoutée. Vous devez montre que votre « savoir-faire » et votre « savoir-être » sont fait pour ce poste.


Pour conclure, attention durant l'entretien d'embauche à ne jamais dénigrer d'anciens collègues de travail. Et de ne jamais dévoiler des données confidentielles d'une de vos anciennes entreprises. Les recruteurs n’apprécient que très rarement ce genre de confidence. Cela prouve la plupart du temps d'un grand manque de professionnalisme. Il ne faut jamais dénigrer votre entreprise du moment. Votre interlocuteur pourra se demander ce que vous direz de lui dans quelques années. Parlez plus de votre orientation de carrière, et que l'entreprise ou vous êtes pour le moment ne peut pas vous offrir cette évolution. Un dernier point, gardez toujours en tête l'acronyme « SBAM », qui signifie « Sourire Bonjour Au revoir Merci ». Ce qui signifie que vous devez toujours garder le sourire et montrer que vous êtes discipliné. Le recruteur saura faire la différence et vous le rendra.