Passer un entretien d’embauche nécessite une forte préparation et de l’entraînement. Votre CV est loin d’être suffisant pour convaincre l’entreprise ciblée. En effet, l’embauche se joue lors de votre entrevue. Ce sont vos gestes, votre attitude, votre éloquence et votre sincérité qui vous permettront ou pas d’accéder à cet emploi. Alors quelles sont les questions le plus posées lors des entretiens et comment y répondre ?

Les questions les plus posées lors des entretiens d’embauche

Nous avons sélectionné les 35 questions les plus rencontrées lors des entretiens d’embauche. Mis à part les questions classiques, quelques sujets qui sont abordés peuvent vous interpeller.

1. Parlez-moi de vous ou présentez-vous

Le recruteur n’attend pas de vous que vous récitiez votre CV, ne le noyez pas dans une masse d’informations.

Vous devez préparer un petit speech, bref, ne dépassant pas les 2 à 3 minutes. Résumez vos compétences clés que vous jugez utiles au poste en question et illustrez par des exemples concrets d’expériences professionnelles passées.

Il faut détailler votre parcours et veiller à vous distinguer des autres candidats.

2. Pourquoi vous et pas un autre ?

L’employeur cherche à voir votre capacité à vous mettre en valeur et à décrire votre potentiel.

Mettez en évidence vos points forts et essayez de vous distinguer des autres candidats à travers des illustrations.

3. Quelles sont vos qualités et défauts ?

C’est la question très classique et la plus récurrente lors des entretiens d’embauche.

Qualités :

  • Il faut choisir des qualités qui servent votre projet professionnel.
  • Illustrez-les pour capter l’attention du recruteur. Racontez des anecdotes poignantes dont il se rappellera.
  • Choisissez les citer celles qui collent à votre personnalité.

Défauts :

  • Il faut que les défauts que vous citerez ne nuisent pas à votre travail : par exemple, une assistante de direction ne doit pas être bavarde.
  • Il faut aussi éviter de citer ceux qui sont très prononcés par exemple je ne suis pas sociable, je n’aime pas les gens, je suis agressif, etc.
  • Vous devrez toujours montrer que vous faites un travail sur vous même dans le but de corriger ces défauts. Par exemple : je fais du théâtre pour vaincre ma timidité.

Il faut surtout éviter les réponses bateau du type « je ne suis pas en position de parler de mes qualités » ou « il est difficile pour moi d’évaluer mes défauts ».

4. Quelle est votre motivation ?

L’employeur cherche à savoir si vous n’êtes centré que sur vous-même ou si vous prenez en considération le bien- être de l’entreprise.

Il n’y a pas que vos motivations qui comptent. Votre motivation doit être en corrélation avec votre travail ou entreprise, par exemple ce qui motive un commercial c’est d’apporter une satisfaction maximale à ses clients, de ce fait l’entreprise gagnera en satisfaction client.

5. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ?

L’employeur cherche à savoir si vous vous fixez un fil conducteur dans votre carrière à court ou à moyen terme. Répondez de manière concise et claire.

Par exemple : je souhaiterais améliorer mes compétences dans le domaine suivant ou je souhaiterais intégrer une agence dans le but de la diriger, etc. Évitez les répliques du type « je serai le grand patron », cela dénote un excès de prétention de votre part.

6. Quelles sont vos prétentions salariales ?

Il est surtout difficile aux jeunes diplômés de s’évaluer sur le marché du travail.

  • N’hésitez pas à poser la question autour de vous.
  • Allez sur internet pour vous renseigner.
  • Demandez au recruteur comment se structure la rémunération au sein de l’entreprise : en terme d’objectif, nombre de primes versées, etc.
  • Donnez une fourchette de rémunération en fixe annuel brut.
  • Ajustez vos prétentions salariales selon vos responsabilités.
  • Veillez à ne pas vous sous-estimer ou surestimer.

7. Pourquoi avez-vous quitté votre ancien emploi ?

Soyez honnête. Indiquez les raisons qui vous ont poussé à quitter votre précédent poste avec beaucoup de tact et de diplomatie.

8. Pourquoi voulez-vous travailler dans notre entreprise ?

L’embaucheur cherche à savoir si vous vous êtes renseigné sur l’entreprise dans laquelle vous postulez.

Si vous voulez critiquer des points qui vous semblent à améliorer, il faut être objectif et ne pas avoir de jugement de valeur.

Soyez pertinent et mettez en valeur vos atouts pour faire évoluer l’entreprise.

9. Pourquoi voulez-vous changer de métier ou de secteur ?

Ce n’est pas une question piège, l’employeur cherche à connaître vos objectifs votre logique de gestion de votre carrière.

10. Avez-vous des questions ?

  • Il ne faut surtout pas dire « Non, je n’ai pas de questions » cela montrerait que vous ne portez aucun intérêt pour le poste ou l’entreprise.
  • Centrez les questions sur vos objectifs, sur l’équipe avec laquelle vous travaillerez ou la culture de l’entreprise.
  • Il faut se montrer curieux.

11. Quel est votre niveau de langue ?

Répondez objectivement et sincèrement sur cette question sur votre CV et pendant vos entretiens d’embauche. Ne gonflez pas votre appréciation des langues sur votre CV.

12. Quels sont vos loisirs ?

Cette question semble être banale. En fait, la réponse que vous donnerez n’est pas très importante, le recruteur ne va pas vous juger si vous faites du yoga, de l’escalade ou du french cancan.

C’est votre attitude qui compte le plus pour lui. Avec cette question, il cherche à vous mettre à l’aise, à voir si votre discours a changé. Il pourra voir si vous étiez sincère depuis le début ou pas. Des questions comme celle-ci décideront de votre notation psychométrique.

13. Avez-vous eu des conflits dans le passé avec vos collègues ou vos supérieurs ?

Soyez sincère en disant que les conflits font partie du quotidien et exposez ce que vous avez fait dans le but de résoudre ce conflit.

14. La question Bizarre, exemple : Préférez-vous manger sucré ou salé ?

Selon vous, la question n’aura rien à voir avec votre poste, vos responsabilités ou votre formation. Du point de vue du recruteur, c’est une question psychotechnique à travers laquelle, il cherchera à savoir si vous avez la capacité de vous adapter aux différentes situations qui se présentent à vous.

Par exemple, vous pouvez dire que vous préférez le sucré, mais que si quelqu’un vous proposait du salé vous accepteriez avec plaisir. 

15. Êtes-vous célibataire ou avez-vous des enfants ?

Vous pouvez vous dire que c’est une question potentiellement discriminante.

Si vous êtes en couple, que vous avez des enfants ou que vous comptez en avoir, soyez franc et veiller à ne pas dégrader votre situation personnelle face à l’interlocuteur.

Le recruteur peut poser cette question pour pouvoir s’arranger en cas d’absence ou ménager votre temps de travail. Il est possible que, suite à cette question, il vous propose télétravail à temps partiel, par exemple.

16. Avez-vous de l’ambition ?

La question vous semble ambigüe et trop vaste. N’hésitez pas à demander une clarification auprès du recruteur pour savoir si cette question est en rapport avec votre projet professionnel.

17. Si l’entretien était à refaire que changeriez-vous ?

A travers cette question, le recruteur tentera de voir votre capacité à avoir du recul par rapport à une situation qui vous concerne. Vous pouvez dire par exemple : si c’était à refaire, j’aurais été moins stressé, plus à l’aise.

18. Avez-vous le permis de conduire ?

Même si le poste pour lequel vous postulez ne le nécessite pas, vous pouvez avoir besoin lors de vos déplacements d’un permis de conduire. Si vous ne l’avez pas, dites que vous envisagiez de l’obtenir et que c’est une bonne occasion pour commencer les cours d’auto-école.

19. Êtes-vous flexible concernant les heures de travail ?

Il est important de savoir si vous serez engagé dans vos nouvelles tâches ou pas. Vous pouvez répondre, par exemple « si le projet en cours le nécessite, je n’ai aucun mal à donner de ma personne pour respecter les délais »

20. Quelles formations souhaitez-vous effectuer ?

Le recruteur pourra mesurer votre volonté d’apprendre et de vous perfectionner. N’hésitez pas à énoncer les formations intéressantes pour votre évolution professionnelle.

21. Si on vous propose un meilleur salaire ou un travail plus proche de chez vous ?

Soyez honnête, le but de cette question est de mesurer votre implication future au sein de l’entreprise.

22. Quel échec vous a le plus affecté ?

Énoncez idéalement un échec professionnel dont est née une compétence professionnelle.

23. Comment réagissez-vous face au changement ?

C’est une chose fréquente dans les entreprises : déménagement, mutation, départ à la retraite, etc. Vous devez affirmer que vous n’avez pas peur face au changement et que vous arrivez à gérer la situation. Ponctuez par un exemple.

24. Comment travaillez-vous sous pression ?

L’embaucheur veut savoir si vous cédez sous la pression. Pas de différence pour vous, vous essayez au maximum de respecter les délais et de prioriser.

25. Qu’est-ce que vous n’aimiez pas dans votre dernier poste ?

Ne dites surtout pas : mes collègues, l’ambiance de travail ou mon supérieur, cela montrerait que vous ne faites pas la part des choses. Privilégiez des réponses telles que : je n’évoluais pas assez, j’ai l’ambition d’intégrer une grande structure ou je n’avais pas accès à la formation pour améliorer mes compétences.

26. Comment votre entourage et vos collègues vous décriraient ?

Répondez honnêtement mais veillez à garder du recul. Il ne faut jamais oublier que vous passez un entretien d’embauche.

27. Quelle est votre éthique de travail ?

Le recruteur cherche à connaître votre méthodologie, votre manière de faire.

Évitez d’idéaliser votre discours, personne n’est parfait. Ayez un discours fidèle à ce que vous êtes.

28. Postulez-vous ailleurs ?

C’est une question très importante pour le recruteur. Il veut comprendre si vous êtes un compétiteur dans l’âme ou si vous cherchez la facilité.

29. Donnez l’exemple d’une situation de challenge ?

Ne racontez pas d’histoires. Donnez un exemple réel d’une situation que vous avez vécue. Elle peut relever de votre vie personnelle, ou associative, ou étudiante. Une expérience qui a forgé votre caractère.

30. Que ferez-vous si vous n’êtes pas retenu ?

Il est clair que vous n’allez pas vous effondrer. Le recruteur cherche juste à voir votre sens de la débrouille. Est-ce que vous allez rester au chômage, rester dans votre poste actuel par dépit ?

Vous pouvez dire que vous allez essayer de réaliser votre projet professionnel ailleurs, voir les différentes opportunités qui vous conviendraient.

31. Quel est votre style de management ?

Si vous postulez pour un rôle de manager, renseignez-vous sur l’entreprise chez laquelle vous postulez. Vous pourriez savoir quel style de management est apprécié.

Sinon, choisissez des réponses faciles qui conviendraient au plus grand nombre par exemple : le leadership, le management d’hommes ou encore le management participatif, etc.

32. Comment gérez-vous les critiques ?

Cette question est une question clé qui déterminera votre capacité à vous intégrer dans une équipe et à évoluer dans un environnement hostile. Vous pourrez dire par exemple « la critique fait partie du quotidien professionnel et elles sont destinées à améliorer mes performances. Je les prendrai en considération pour améliorer mon rendement ».

33. Êtes-vous prêts à effectuer des déplacements ?

Le recruteur voudra savoir si vous êtes actif ou sédentaire. L’explication à donner est que vous aimez aller à la rencontre de nouveaux endroits et de nouveaux environnements professionnels, et que vous aimez relever de nouveaux défis.

34. Quelle situation vous insupporte ?

Le recruteur fait appel à vos valeurs. Prenez le temps de réfléchir et relativiser. N’hésitez pas à citer un exemple.

35. Pourquoi avez-vous choisi cette spécialité ?

La question pourrait sembler désuète. Vous exposez les raisons de votre choix qui vous sont propres et le recruteur verra votre réaction, votre attitude au naturel.

Il pourra aussi évaluer si vous avez choisi votre formation par dépit ou par passion.


Il ne faut pas oublier que votre style vestimentaire, votre allure et votre manière d’être fassent partie de l’entretien d’embauche et comptent dans votre note finale.

  • Privilégiez un style vestimentaire soigné et propre.
  • Maquillage pas trop prononcé et vernis à ongles sobre pour les femmes.
  • Pas trop de parfum ou d’après rasage.
  • Gardez le sourire et soyez aimable.