Se reconvertir dans l'exercice d'activités freelance, une option pour une vie professionnelle plus souple, soit de manière exclusive, soit en parallèle d'une autre activité salariée.

1 - En quoi consiste le métier ?

Un travailleur indépendant, en anglais freelance, est un terme qui peut désigner toute personne qui exerce une activité à son propre compte. Cette appellation regroupe ainsi un grand nombre de domaines d'expertise, de la rédaction web jusqu'au consulting et d'une manière générale, à tout ce qui touche à l'informatique. Le statut le plus répandu à l'heure actuelle est celui d'auto-entrepreneur, du fait de sa relative simplicité d'accès et de gestion par rapport aux statuts d'entreprises « classiques ».

 

 

2 - Avantages et inconvénients

Le travailleur indépendant a l'avantage d'être son propre patron, et dispose de ce fait d'une grande liberté, aussi bien pour l'organisation que l'intensité de son travail. Néanmoins, il doit avant tout compter sur lui-même pour la conduite de son entreprise et sa réussite professionnelle. Le fait de pouvoir gérer son emploi du temps et de pouvoir ainsi mieux profiter de sa vie privée est également l'une des principales motivations à devenir freelance. 

Une étude de l'INSEE datant de 2012 démontre que seuls 10% des auto-entrepreneurs sont parvenus à se générer des revenus supérieurs au SMIC, ce qui indique que, la plupart du temps, les activités exercées en freelance ne représentent qu'un salaire complémentaire.

 

 

3 - Qualités requises

Le travailleur freelance doit savoir en premier lieu être autonome, et capable de gérer les différents aspects relatifs à son activité : communication avec les clients, comptabilité de l'entreprise, déclaration de revenus... Une certaine patience peut être une qualité appréciable, car dans la plupart des cas, se faire connaître et encore plus pouvoir s'assurer des revenus décents en tant qu'indépendant demande du temps.

 

 

4 - Formation ou diplôme nécessaire

Bien qu'il soit conseillé de disposer d'un diplôme permettant d'attester de votre compétence dans un certain domaine, cela n'est pas une obligation pour devenir freelance. Il n'existe donc pas de formation professionnelle incontournable, mais votre niveau d'études et votre expérience professionnelle entreront en compte lorsque vous vous présenterez à vos futurs clients. 

De nombreuses personnes en situation de chômage deviennent freelance ; c'est aussi un statut qui favorise la reconversion professionnelle, ou tout simplement à démarrer une nouvelle activité. 

 

 

5 - Comment se déclarer freelance ?

Il existe deux options principales, la première étant de créer une entreprise sous des statuts classiques, c'est à dire en tant que :

  • EIRL (Entrepreneur individuel à responsabilité limitée), qui protège les biens immobiliers de l'entrepreneur en cas de dettes. Il est possible d'opter pour un impôt sur la société et non sur le revenu.
  • SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle), qui permet de dépendre du régime général de la sécurité sociale, contrairement à l'EIRL, sans avoir à souscrire à une assurance spécialisée pour les indépendants.
  • AERL (Auto-Entrepreneur à Responsabilité Limitée) : probablement le type d'entreprise le plus adapté pour les activités freelance, car elle permet de protéger ses biens en cas de faillite (comme dans le cas d'une EIRL), tout en bénéficiant du régime spécial d'imposition du statut auto-entrepreneur.

 

La deuxième option est de se déclarer en tant que simple auto-entrepreneur (aujourd'hui plus souvent appelé micro-entrepreneur), qui constitue un statut de plus en plus avantageux, et plus accessible. Il nécessite en effet moins de démarches que la création d'entreprise. 

De plus, tous les nouveaux entrepreneurs de ce type déclarés après le 1er janvier 2019 pourront demeurer au régime général de la sécurité sociale, sans avoir à souscrire à une assurance spécialisée pour les travailleurs indépendants. 

Être auto-entrepreneur exige obtention d'un numéro SIRET. La démarche peut être effectuée en ligne, par exemple sur les deux sites de référence, auto-entrepreneur.fr et guichet-entreprises.fr. Vous pourrez déclarer votre micro-entreprise ou votre entreprise à ces mêmes adresses.

 

 

6 - Salaire

Comme le freelance est un travailleur indépendant, il n'est pas salarié ; sa rémunération varie en fonction de son domaine d'activité, ainsi que selon l'attractivité de celui-ci. Souvent, il existe un temps de passage entre le statut de travailleur salarié et celui de freelance : un grand nombre d'auto-entrepreneurs gardent dans un premier temps leur métier d'origine avant d'évoluer vers la pleine activité en tant qu'indépendant.

Les cotisations sociales, payées sous forme de prélèvement sur le chiffre d'affaires, varient entre 13,4 % pour les activités d'achat et de revente, 22,9 % en ce qui concerne les activités libérales et 23,1% pour ce qui est des prestations de services commerciaux ou artisanaux.

Pour les jeunes âgés de 18 à 25 ans, ainsi que dans le cas des demandeurs d’emploi non indemnisés inscrits à Pôle emploi 6 mois au cours des 18 derniers mois, il existe la demande d'ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise). Le 1er janvier 2019, l'ACCRE garantira l'exonération de cotisations sociales pour tous les entrepreneurs qui créent ou reprennent une activité professionnelle ou entreprennent l’exercice d’une autre profession non salariée, soit à titre indépendant, soit sous la forme d’une société.