Être au chômage à notre époque n'est plus exceptionnel. Beaucoup de personnes se sont au moins une fois retrouvées au chômage au cours de leur carrière, il ne faut pas en avoir honte. Mais il est normal pour un candidat d'avoir du mal à parler de cette période d'inactivité en entretien d'embauche. Les recruteurs tout comme les candidats préfèrent des parcours sans trou dans le CV, mais il faut savoir y faire face quand c'est le cas. Voici quelques conseils qui pourront vous aider à surmonter cette peur et en faire un futur avantage.

1 - Vous n'avez pas forcement besoin d'y faire allusion

Effectivement vous n'avez nullement besoin d’en faire part au recruteur si celui-ci ne peut pas le voir. Pour cela c'est très simple, vous n'êtes pas obligé de détailler mois par mois votre activité professionnelle dans votre CV. Par exemple si votre période de chômage n'a été que de 6 mois cela ne devrait pas se remarquer. Il faut environ cette durée pour un changement professionnel. Afin d'éviter vraiment que le recruteur ne le remarque mentionnez seulement les années effectuées en entreprise. Cela effacera les périodes creuses de votre carrière si celles-ci restent assez courtes.

Et si vraiment vous avez une période d'inactivité impossible à cacher ne l’évoquez pas tout de suite au recruteur, attendez qu'il le fasse. Mais si vous voyez qu'il n'en parle pas mais que quelque chose le gène essayez de lui en parler directement mais calmement. Il ne pourra qu’apprécier votre franchise. Gardez à l'esprit que vous ne serez pas jugé si vous avez une période d'inactivité présente dans votre CV, c'est le cas pour beaucoup de monde.

 

 

2 - Expliquez ce trou mais sans vous attarder dessus

Si le recruteur remarque une période d'inactivité il voudra bien sûr en comprendre les raisons.

  • Avez-vous été victime d'un licenciement économique ? Inutile de le cacher, c'est très courant en cette période. Parlez-en même si vous vous n'êtes pas lancé directement dans une recherche d'emploi, il est normal d'avoir eu une petite baisse de régime. D'autant plus si vous étiez depuis 15 ans dans la même entreprise. Le recruteur comprendra qu'il faut une certaine période pour accepter la situation. Vous n'êtes pas à blâmer pour ça.
  • Avez-vous quitté votre ancienne entreprise pour diverses causes internes, pour une année sabbatique, ou pour vous occuper de votre famille ? Dites-le aussi, vous n'êtes sûrement pas le premier. N'ayez pas peur de parler et de justifier cette période de chômage. Faite-le avec sincérité et simplicité sans trop vous étaler. Mais surtout ne mentez pas, le recruteur le verrait directement ou pourrait par la suite faire des recherches pour valider vos affirmations.

 

 

3 - Faites en une arme pour vous faire valoir auprès du recruteur

Ce n'est pas parce que vous étiez au chômage que vous n'avez rien fait de vos journées.

  • Vous devez montrer que vous vous êtes battu pour vous refaire.
  • Montrez tout votre chemin pour retrouver un emploi, vous montrerez ainsi clairement votre motivation.
  • Évoquez les entreprise contactées, les personnes à qui vous en avez parlé, votre création d'un nouveau réseau d'activité.
  • Vous devez montrer ces étapes chronologiquement.
  • Parlez de votre période où vous avez mis à jour votre CV et vos profils sur internet. Puis votre recherche d'emploi en voguant sur les sites de recrutement pour répondre au annonces, et enfin de vos entretiens jusqu'à celui-ci.
  • Montrez à votre interlocuteur que vous avez pris votre destin en main, c'est le plus important. Si vous avez fait des missions ou appris des choses pendant cette période parlez-en aussi ça pourrait l’intéresser. Par exemple si vous avez fait des missions humanitaires, si vous avez fait du bénévolat, si vous avez fait partie d'une association culturelle...
  • Faites-lui comprendre que vous avez été actif et que vous n'avez pas cessé de mettre en pratique vos compétences professionnelles. Et aussi si vous pouvez, parlez-lui de chiffres : nombre de candidatures, d'entretiens, de déplacements, de personnes rencontrées, etc.

Par contre gardez à l'esprit que vous devez rester cohérent dans votre parcours professionnel. Par exemple si vous passez d'une PME à une grosse multinationale dans un building, ne dites pas que vous souhaitiez changer car cela vous fait rêver. On est dans le monde professionnel il est important de garder les pieds sur terre. Alors expliquez plutôt que vous souhaitiez acquérir des compétences variées en un minimum de temps dans une petite structure pour être le plus polyvalent possible. Et ainsi pouvoir après mettre en pratique ces compétences dans une grande structure pour être le plus efficace possible et apprendre de nouvelles formes de management.

Et même si vous êtes passé par de nombreux emplois précaires comme des CDD peu prestigieux, ne donnez surtout pas l'impression que vous avez tout simplement subis la situation. Faites-lui comprendre que vous avez une assez bonne connaissance du marché et que vous comprenez qu'il est difficile de trouver un CDI dans votre branche. Mettez en valeur vos CDD en lui expliquant l’expérience qu'ils vous ont fait gagner et votre but dans ce marché. Le recruteur doit voir en vous une personne consciencieuse et active dans ce marché.

Quelque soit la raison de votre chômage tournez-la à votre avantage et montrez au recruteur votre motivation. Ne tombez pas dans la déprime et dans la complainte du marché en restant passif. Ça ne vous apportera rien et le recruteur n'en saura que faire. Oubliez toutes les pensées négatives et concentrez-vous sur le futur de façon positive. Montrez au recruteur que vous ne vous êtes pas reposé sur vos lauriers et que vous vous êtes battu pour reprendre votre carrière en main même si votre chômage à duré un an ou plus.