Nouvel entretien d'embauche, nouvelle chance... Mais un entretien d'embauche est stressant, pour convaincre le recruteurs que l'on est la personne idéale pour occuper le poste, il faut être naturel et sincère. Mais doit-on tout dire ?

Conseils sur ce qu'il vaut mieux cacher en entretien d'embauche

1. La rancune envers son ancien employeur

Même si vous avez eu des problèmes avec votre ancien employeur ou un supérieur hiérarchique, "ne lavez pas votre linge sale" devant le recruteur. La règle d'or c'est de ne jamais dire du mal d'un ancien ou actuel employeur, peu importe les raisons !

Si vous avez eu des problèmes avec votre ancien patron, ne les abordez pas devant le recruteur si vous ne voulez pas qu'il se pose des questions sur la façon dont vous allez vous comportez s'il vous embauche. Et si vous devez répondre à des questions comme "Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ?", répondez avec des arguments neutres. Par exemple : que vos objectifs de carrières ont évolué et non parce que vous avez eu des problèmes avec votre employeur !

2. Parler de son licenciement en premier

Au cours de son entretien d'embauche faut-il que le candidat parle de son licenciement ou attendre plutôt que le recruteur aborde la question ? A priori, il n'est pas nécessaire que le candidat aborde spontanément qu'il ait fait l'objet d'un licenciement. Un candidat qui se retrouve face à un recruteur après avoir été licencié peut être mal à l'aise pour en parler. Toutefois, si le recruteur vous interroge dessus, il vaut mieux assumer que de cacher la vérité !

S'il s'agit d'un licenciement pour faute, la plupart des recruteurs seront prêts à vous donner une seconde chance à condition que vous ayez compris vos erreurs et que vous les assumiez. Les candidats ne doivent pas avoir honte, ni crainte. Une personne licenciée n'est pas synonyme de mauvais candidat ! Cependant vous devez expliquer clairement et simplement les raisons de votre licenciement. Les recruteurs recherchent de profils dotés d'une confiance, l'honnêteté est la meilleure façon d'obtenir la confiance de votre recruteur !

3. Parler de son état de santé

Doit-on parler des problèmes de santé lors d’un entretien d’embauche ? Les renseignements relatifs à l'état de santé du candidat à un emploi ne peuvent être confiés qu'au médecin chargé de l’examen médical d'embauche. L'employeur n'a pas le droit d'invoquer le fait qu'il ait été trompé par le candidat sur ses capacités physiques à occuper le poste, surtout si l'employeur a laissé débuter le salarié avant sa visite médicale.

Par exemple :

  • si la candidate est enceinte : elle n'est pas obligée de le dire
  • s'il s'agit d'une dépression : on peut éviter le sujet

Le licenciement basé sur l’état de santé d’un salarié est illicite et donc considéré comme nul.

4. Parler de sa vie privée

L'âge, la situation familiale, le lieu d'habitation, la profession de votre conjoint(e) ou de vos parents, vos activités extra-professionnelles, si vous avez des enfants... la question de la vie privée du candidat est toujours un sujet assez sensible, mais certains recruteurs trouvent qu'il est important de l'aborder.

L'entretien avance et le candidat se sent de plus en plus à l'aise. Même s'il est normal de vouloir donner au recruteur un aperçu de sa vie privée, c'est important de ne pas tomber dans l'excès de familiarité. Au cours de l'entretien le recruteur vous demandera de parler de vous, mais attention ! Ne succombez pas à l'envie de trop en dire ! Vos problèmes de couple, les mauvaises notes de votre enfants, votre divorce... tout ce qui n'a pas de lien avec la sphère professionnelle ne doit pas être évoqué lors d'un entretien d'embauche.